JS Financial News - шаблон joomla Новости
vendredi, 19 janvier 2018

Presse Locale (108)

Presse locale

Le projet de loi sur l'entente nationale du président IBK qui sera présenté aux députés dans les semaines à venir s'inspire de la loi de « concorde civile » en Algérie voisine. Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette loi algérienne, voici un extrait d'une analyse pointue, écrite par Abderrahmane Moussaoui, Professeur en anthropologie (Faculté d'Anthropologie, de Sociologie et de Sciences Politiques- Université Lumière/Lyon 2).

Face aux défis sécuritaires qui ne cessent de menacer la stabilité du pays et de remettre en cause la République dans ses fondements démocratiques et laïcs, il est devenu indispensable aujourd’hui de revoir et reformer notre outil de défense : les Forces armées maliennes ! Cette indispensable réforme des forces armées et de sécurité est en marche depuis 2015 à travers la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM).

Entre Ibrahim Boubacar Kéita, le chérif de Nioro, son mentor et « guru » et le président du Haut Conseil Islamique, l’imam Mahmoud Dicko que d’aucuns considèrent comme son binôme, rien ne va plus. L’absence très remarquée du Président du Haut Conseil Islamique, Mahamoud Dicko, à la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an à Koulouba, une première depuis quatre ans et l’incident qui s’y est produit entre clans de religieux sont illustrateurs du malaise qui règne entre le chef de l’Etat et ses désormais ex-alliés. A six petits mois de la présidentielle de 2018, IBK risque gros au cas où il serait candidat à sa propre succession, surtout quand on sait que les leaders religieux du

C’est par un acte politique de haute portée que le Premier ministre a bouclé, dimanche dernier, sa visite d’amitié et de travail de deux jours en Algérie. En effet, Soumeylou Boubèye Maïga a été reçu par le président algérien, Abdelaziz Bouteflika. L’audience, qui s’est déroulée à la Résidence d’Etat, a enregistré la présence du Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia et d’éminentes autres personnalités des deux pays.

On aurait tout vu dans ce pays, les gardiens de la prison centrale de Bamako communément appelé les pénitenciers se font de l’argent sur le dos des paisibles visiteurs. Chaque visiteur doit payer une somme de 500 FCFA ou même plus pour entrer dans la cour de ladite prison.

Dimanche soir, la télévision nationale diffusait la rencontre IBK-société civile à l’occasion de la présentation des vœux de nouvel an au palais présidentiel, Koulouba. En présence de sa famille politique(RPM), des alliés de la convention de la majorité présidentielle (CMP), le Président de la République a encore répondu ceux-là qui critiquent son bilan  tout le temps.

Brillant banquier, et deux fois ministre dans les gouvernements du Mali, Mamadou Igor Diarra est virtuellement candidat à la présidentielle de 2018. Un mouvement est déjà en train de travailler pour soutenir sa candidature.

 

Depuis sa sortie du gouvernement, l’homme travaille dans la prestigieuse banque ouest-africaine au

Côté officiel, la visite de Soumeylou Boubèye Maïga à Alger semble ne rien à voir avec la future « Loi d’entente nationale » du Mali. Pourtant, ce projet rappelle en tous points la «Concorde civile » algérienne. Dix-neuf ans plus tôt, Alger était presqu’à la place de la capitale malienne parce qu’il fallait freiner l’expansion terroriste. C’est ainsi qu’est née la Concorde civile, une loi de « grâce amnistiante » proposée par Abdelaziz Bouteflika, le chef d’Etat algérien.