JS Financial News - шаблон joomla Новости
vendredi, 19 janvier 2018

Presse Locale (108)

Presse locale

Depuis sa démission récente, l’ancien général Moussa Sinko Coulibaly, ancien haut responsable du pouvoir d’IBK et ancien homme du putsch du 22 mars 2012 au Mali, multiplie les sorties médiatiques afin de séduire les Maliens. Le dimanche 14 janvier, il était l’invité de l’émission « Invité Polítik » de la chaine de télévision Africable. Selon l’ancien ministre d’IBK, le pays va à la dérive.

Ibrahim Boubacar Keïta, le président de la République du Mali est encore sorti de ses gonds lors des présentations de vœux du nouvel an à Koulouba. Après avoir traité ses détracteurs d’imposteurs lors de son discours du nouvel an, le chef de l’Etat du Mali est monté au créneau pour, cette fois ci, menacer d’interrompre le budget alloué par l’Etat malien au bureau du chef de file de l’opposition malienne.

La réunion de lundi des ministres de la Défense et des chefs d’état-major des pays du G5 a mis à plat «les conditions opérationnelles à réunir» pour que les hommes du G5 soient actifs comme prévu au printemps. Un «calendrier précis pour la pleine capacité» doit être établi avec le chef d’état-major de la force, le général malien Didier Dacko, qui sera présent. Les efforts doivent d’abord porter sur le «fuseau centre», la région qui couvre les frontières du Niger, du Mali

Visiblement, les Américains n’ont rien à faire des récriminations des Maliens et de leurs autorités après la visite controversée d’une délégation des ex-rebelles à Washington. Comme pour nous narguer, le pays de Donald Trump s’apprête à dérouler le tapis rouge aux indépendantistes de Kidal qui, en plus du soutien des Suisses, peuvent compter sur le concours de l’ONG “Independent Diplomat” déjà aux côtés des séparatistes du Somaliland, de la République

C’est presqu’un aveu pour le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta reconnaissant le poids des partis alliés dans la stabilité de son quinquennat. Son discours du samedi dernier face aux responsables de la Convention de la majorité présidentielle (CMP) a surpris beaucoup.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a qualifié les pays d’Afrique et d’Haïtid’être des « pays de merde » lors d’une réunion sur l’immigration à la Maison Blanche jeudi 11 janvier 2018. Ces propos ayant provoqué le tollé, les ambassadeurs des États-Unis ont présenté leurs excuses tout en montrant leur indignation face à ces propos racistes provenant d’un président de la République. Mais que Trump se mette à l’école d’histoire de son pays pour comprendre son peuplement et la source de sa richesse.

Prononcée sur un ton presque innocent, cette phrase lapidaire est pleine de significations et cache pas mal de sous-entendus.

Le Malien se « débrouille ». Comment ?

Pas en se dérouillant selon les prescriptions divines qui veulent que l’homme gagne son pain à la sueur de son front.

En tirant sans cesse le diable par la queue, les Maliens, eux aussi se font

Comme nous l’annoncions dans ces même colonnes, il y a une semaine, plus rien ne va entre les groupes armés sédentaires signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Jusque là, figure emblématique et porte-parole de la Coordination des mouvements sédentaires d’auto défense (Cmfpr), Me Harouna Toureh a été honni par une frange partie de groupes armés.